Posted on

Boucles d’oreilles mouvements

Des boucles d’oreilles qui en font tout un cinéma :

Les jeux de boucles d’oreilles mouvements, dans un silence quasi-religieux, bouclent la boucle.

Le mouvement est ainsi donc à l’honneur dans cette famille de boucles d’oreilles.

Certes, le cinéma est une série d’images fixes qui défilent à très grande vitesse les unes après les autres, et le cinéma est, dans un projecteur, une série de vues pulsées à grande vitesse derrière un obturateur. Et, en effet, « le cinéma se situe entre les images », comme le rappelait à la fin des années dix-neuf cent cinquante un cinéaste connu sous le nom de Peter Kubelka.

Or, qu’il soit décomposé en série sur différents plans ou ramassé et fondu sur un même plan, le mouvement est probablement, pour la fauvette, réunit et rafraîchit quelque part entre les deux oreilles.

Aussi, la fauvette a fait de chaque boucle d’oreille une image fixe.

Et, partant de là, la fauvette a fait de paires de boucles d’oreilles des petits films d’animation, et notamment des petits films dans lesquels chaque boucle ou chaque fragment de boucles d’oreille sont donc les photogrammes d’un métrage de cinéma.

Ainsi, sans en faire tout un plat, les collections de boucles d’oreilles mouvements de la fauvette font également clairement référence, en filigrane, à une longue liste de personnages dont on pourrait encore citer Michael Faraday, Eadweard Muybridge, Etienne-Jules Marey, Georges Méliès, Maurits Cornelis Escher ou encore Norman MacLaren, Stan Brakhage, Robert Breer…

Dans la boutique de la fauvette, ça bouge avec les boucles d’oreilles mouvements.